Connect’Ing 03/2014

Cliquez ici pour afficher la dernière édition de notre périodique : 2014-03-Connect’Ing

Mot du président

Vous avez en main le Connect’Ing. numéro 3 de l’année 2014, après la période estivale où chacun a pu se ressourcer, la rentrée se réalise dans un climat perturbé. « La profession d’ingénieur connait aussi l’environnement dans lequel elle s’exerce : une société d’individus qui se désaffilient et se retranchent dans l’isolement. L’association extra-professionnelle d’ingénieurs fait-elle encore sens ? » se demande Jacques Dewez président d’honneur UFIIB

L’accès rapide à l’information sur internet, l’impression d’être rapidement au courant de l’essentiel ne motivent pas les diplômés à percevoir tout l’intérêt qu’il y a d’être nombreux à échanger nos informations dans un cercle professionnel de la défense de nos intérêts communs « l’association professionnelle représentative de nos intérêts personnels et collectifs des ingénieurs. »

Chacun doit être sensible que pour représenter valablement l’individu il faut être plusieurs. Plusieurs car les missions, les lieux de lobbying sont nombreux et par conséquent les mandatés dans les diverses instances doivent être présents sur tous les fronts.

Cela demande de la motivation mais surtout de la connaissance et de la pratique dans les domaines abordés au travers des commissions et dans leurs prolongements que sont les contacts directs avec les Ministères, les cabinets, les associations relais de nos préoccupations et intérêts.

Certes chaque ingénieur individuellement peut se défendre et obtenir gain de cause dans son cercle d’entreprise ou professionnel. Mais dès que celui-ci se confronte avec de nouvelles options, motivations règlements et lois il ne peut que se retrouver sur un terrain ou sur la place occupée par ses collègues, ses confrères, ses mandatés au sein des associations professionnelles qui auront préparé le terrain pour le recevoir au mieux de ses intérêts.

C’est dans ce cadre qu’il faut valoriser la profession pour trouver l’épanouissement et la juste reconnaissance de l’apport de la technique de l’ingénieur, de ses compétences à la gestion d’équipes et à ses qualités de Manager.Dewez conclu en ces termes : « l’affirmation de l’identité de l’ingénieur, de ses rôles et responsabilités sont une nécessité pour sa contribution à la démocratie participative. »

A nouveau, Je vous invite à réagir à nos publications, à celles de l’UFIIB et aux informations sur les sites de ces associations qui veillent à vos intérêts www.uilg.be et www.ufiib.be faites en vos sites de références.

Ing. Gérard LUTHERS MSc EUR-ING

Président UILg ASBL

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.