Conférence de presse des Ingénieurs Belges

Une conférence de presse a été organisée ce mardi 9 juin par la plateforme Ingenieursbelges.be pour donner les résultats d’une étude sur les thèmes suivant : 

  • Forme-t-on assez d’ingénieurs en Communauté française ?
  • Combien gagne un ingénieur aujourd’hui ?
  • Les différences sont-elles importantes entre le privé et le public ?
  • Les ingénieurs suivent-ils des formations complémentaires au cours de leur carrière ?

Voici le dossier de presse : (cliquez ici pour le fichier PDF)

Dossier de Presse du 9 juin

  IB

 La FABI – Fédération belge d’associations d’ingénieurs civils et bioingénieurs, l’UFIIB – Union Francophone des associations d’ingénieurs industriels de Belgique et trois fédérations professionnelles – la Confédération Construction Wallonie, Agoria Wallonie et Essenscia Wallonie se sont associés pour promouvoir les études et les métiers d’ingénieur.

Depuis 2012, face à la pénurie inquiétante d’ingénieurs qui frappe la Belgique estimée actuellement entre 2.000 et 3.000 ingénieurs, ces cinq fédérations d’ingénieurs et d’entreprises technologiques ont uni leurs efforts afin de promouvoir les métiers de l’ingénieur auprès d’un très large public et de susciter un maximum de vocations.

Le manque d’ingénieurs disponibles sur le marché de l’emploi porte préjudice au bon fonctionnement de secteurs-clefs garants du bien-être de notre société. En effet, les ingénieurs sont impliqués, plus que jamais, dans des enjeux fondamentaux tels que l´industrie, les nouvelles technologies, l’agriculture, la sécurité, l´énergie, l´environnement, la mobilité, la santé, le génie civil et l´humanitaire.

Ces dernières années, en Belgique francophone, le nombre total d’ingénieurs diplômés des Universités et Hautes Ecoles (Ingénieurs Civils, Bioingénieurs et Ingénieurs Industriels) s’élève à 1 250 ingénieurs en moyenne chaque année. Ce nombre était en moyenne de 1 500 il y a 10 ans et de 1 700 il y a 20 ans.

Promouvoir les métiers de l’ingénieur requiert des expertises, des moyens et des réseaux. Or, sans moyens humains, techniques ou financiers, un tel projet est voué à l’échec. C’est pourquoi un groupe de travail s’attelle à la tâche pour mettre en œuvre un outil performant.

Il en résulte un site Internet innovant dans son concept, dynamique et interactif pour répondre à ce défi : www.ingenieursbelges.be . Celui-ci propose, notamment, la découverte de profils d’ingénieurs de tous horizons, au cœur de leurs milieux de travail. Images et interviews in situ à l’appui. Ceux-ci mettent en exergue l’attrait de leur profession respective et incitent les jeunes à faire le choix du métier d’ingénieur.

 

Préliminaires.

Pour la bonne compréhension de la suite du dossier de presse, il convient de rappeler que la FABI est une Fédération qui regroupe l’ensemble des Ingénieurs civils (Ir) et Bioingénieurs (BioIr). L’UFIIB représente l’Union des Ingénieurs Industriels ou Ing.

Baromètre

Chaque année, la plateforme ingénieursbelges édite un baromètre qui reprend d’une part le nombre d’inscrits en première année d’études d’ingénieurs (ingénieur civil, bioingénieur et ingénieur industriel) et d’autre part le nombre de diplômés.

Bonne nouvelle : le nombre global d’étudiants inscrits en première année du grade de bachelier en sciences de l’ingénieur continue à croître par rapport aux  années précédentes, sans cependant atteindre le niveau des années 2 000.

Baromère

Concernant les diplômés, on constate une augmentation de plus de 10% pour les ingénieurs civils. Cette augmentation est de l’ordre de 6% pour les bioingénieurs et de 1% pour les ingénieurs industriels. Même si le renouvellement des générations est globalement assuré, la croissance du nombre de diplômés n’est pas suffisante pour répondre aux besoins actuels et futurs de la société.

Néanmoins, les statistiques européennes montrent que le nombre d’ingénieurs formés et diplômés chaque année en Belgique, calculé par millions d’habitants, est de plus de 50% inférieur à celui de nos pays voisins (Allemagne, France, Pays-Bas).

Baromère2

Remarques :

  1. Le pic négatif de l’année 2008 chez les ingénieurs industriels correspond au passage de 4 à 5 années de ces études.
  2. Le nombre d’ingénieurs industriels repris dans les graphiques ne concerne que les diplômés des cursus de plein exercice. Il convient d’y ajouter les diplômés via la filière de « promotion sociale » soit :

en 2011 = 45                                      en 2012 = 35

en 2013 = 34                                      en 2014 = 53

Enquête salariale

Depuis 2 ans l’enquête salariale réalisée jadis par la FABI a été élargie aux ingénieurs industriels et constitue une référence pour le monde des ingénieurs

L’enquête a été réalisée avec l’aide du bureau BERENSCHOT.

Premier constat

L’ancienne affirmation que l’ingénieur moyen double son salaire en 10 ans ne se vérifie plus. Les chiffres le confirment ! Il est cependant intéressant de remarquer que tant pour les ingénieurs civils et bioingénieurs que les ingénieurs industriels, la médiane du secteur public est supérieure à celle du secteur privé pendant les premières années. Toutefois, il faut être conscient que le secteur privé accorde des avantages hors salaires importants non repris dans cette analyse.

Evolution du salaire mensuel brut standard en fonction du nombre d’années après le 1erdiplôme avec indication de la dispersion

Enquête salariale1

Enquête salariale2

Par rapport à l’enquête de 2012, la médiane de 2014 est en moyenne 5% plus élevée soit 4% de plus par rapport à l’évolution de l’indice des prix (indice santé).

Par comparaison avec d’autres catégories professionnelles, seuls les médecins et les pharmaciens bénéficient de rémunérations à l’engagement sensiblement supérieures (12 à 15%). Ce constat doit être nuancé par des statuts différents (employé versus indépendant).

Deuxième constat

Il se confirme que le salaire brut est plus élevé dans les grandes entreprises que dans les sociétés à structure plus légère.

Salaire fixe en fonction de la taille de l’entreprise pour les ingénieurs civils et bioingénieurs.

Enquête salariale3

Salaire fixe en fonction de la taille de l’entreprise pour les ingénieurs industriels.

 Enquête salariale4

 Troisième constat

Le troisième constat a trait à l’analyse des salaires selon les domaines d’activité ou métiers et selon les secteurs d’activité de l’entreprise, et plus particulièrement l’analyse de ceux-ci par rapport à la médiane de la promotion. Il en résulte les deux graphiques qui permettent de tirer les constats suivants :

  • Les domaines ci-après accordent un salaire plus favorable pour tous les ingénieurs
    • Commerce, vente, technico-commercial, services après vente
    • Production, exploitation, entretien et services techniques
    • Direction générale, gérance et services exécutifs :
  • Les domaines de la communication interne et externe, marketing, et logistique de distribution sont porteurs au niveau du salaire pour les ingénieurs civils et les bioingénieurs.
  • Le domaine des services centraux/administratifs l’est par contre pour les ingénieurs industriels.
  • Le domaine de l’enseignement conduit à des rémunérations moins élevées tout particulièrement pour les ingénieurs industriels.

Par contre, ce sont les secteurs d’activités intensifs en capital qui offrent statistiquement des salaires plus élevés.

On observe aussi quelques différences entre les secteurs suivant le type de formation.

Salaire fixe en fonction du domaine d’activité.

Enquête salariale5

Salaire fixe en fonction du secteur d’activité.

Enquête salariale6

 Quatrième constat

L’enquête montre que  le taux de formation complémentaire des ingénieurs est le suivant :

 

Ingénieurs civils 48%
Bioingénieurs 56%
Ingénieurs industriels 52%

Selon le type de diplômes, ces formations complémentaires ont été réalisées dans les domaines suivants :

Pourcentage d’ingénieurs ayant suivi une formation complémentaire dans les domaines suivants.

Enquête salariale7

L’influence des formations complémentaires sur le salaire est reprise au graphique ci-après :

Déviation de la médiane du salaire fixe en fonction des domaines de formation complémentaire.

 Enquête salariale8

La formation continue « scientifique et technique » n’est pas synonyme d’une augmentation salariale à l’inverse de la formation complémentaire dans les domaines des sciences humaines (RH, Marketing, finance et gestion) car dans ces derniers cas, elle s’accompagne très souvent d’un changement de métier et de niveau de responsabilité.

 Cinquième constat

 Le cinquième et dernier constat concerne les avantages extra-légaux. Cette analyse a été faite en distinguant le secteur privé du secteur public.

Nature et importance des avantages accordés.

Enquête salariale9

Tous les ingénieurs reçoivent des avantages en nature avec une proportion significative pour ceux qui sont employés dans le secteur privé. Les ingénieurs industriels sont, semble-t-il, favorisés en matière d’avantages extra-légaux. Enfin, une série d’avantages sont accordés à plus de 50% des personnes consultées.

Enquête de satisfaction

L’enquête de satisfaction comportait deux volets bien distincts : le premier avait trait à la satisfaction de l’ingénieur par rapport à son emploi.. Tandis que le second volet avait pour objet de déterminer l’importance relative qu’il accorde à une série de 11 critères caractérisant le métier d’ingénieur indépendamment de son vécu.

Premier constat.

Tous les ingénieurs consultés sont globalement très satisfaits qu’ils travaillent dans le secteur privé ou public. En ce qui concerne les perspectives de carrière au sein de leur entreprise, la satisfaction est moins grande surtout dans le secteur public. Pour l’enquête 2014, on constate une relative insatisfaction du montant du salaire.

Satisfaction professionnelle des ingénieurs civils, bioingénieurs et ingénieurs industriels en fonction du secteur

Critères Secteur privé Secteur public
2014 2012 2014 2012
Satisfaction globale 87% 89% 91% 89%
Satisfaction degré d’autonomie 90% 92% 93% 93%
Satisfaction ambiance de travail 84% 85% 86% 84%
Satisfaction de perspectives de carrière à l’intérieur de l’entreprise 51% 53% 36% 36%
Satisfaction possibilités offertes de faire évoluer ses compétences 58% 18% 61% 54%
Satisfaction importance sociale, éthique, environnementale du travail 76% 75% 83% 83%
Satisfaction contenu du travail, de l’intérêt des missions confiées 84% 85% 84% 86%
Satisfaction salaire 62%   65%  

Second constat

Malgré la crise, pour un ingénieur le contenu de son travail l’intéresse plus que les conditions salariales et la sécurité d’emploi. Ceci indique que les ingénieurs sont convaincus que le marché de l’emploi « ingénieurs » reste favorable.

Pondération de la nature du critère retenu.

Nature du critère Importance du critère pour le métier d’Ingénieur
2014 2012
Contenu du travail et intérêt des missions 81% 83 %
Ambiance du travail 81% 80 %
Autonomie 80% 78 %
Variété dans le travail et les carrières 79% 78 %
Responsabilité et défi 75% 76 %
Equilibre travail / vie privée 75% 76 %
Formation continue 67% 71 %
Salaire avec avantages extra-légaux 69% 71 %
Créativité 66% 68 %
Rôle social, éthique et environnemental du métier 65% 65 %
Sécurité d’emploi 61% 63 %

 

Ingenieurs Belges : Enquête salariale 2014

Comme chaque année, en collaboration avec la FABI, dans le cadre de IB IngénieursBelges), nous procédons à une enquête globale sur les revenus professionnels des ingénieurs.

Si l’année dernière l’enquête visait les jeunes diplômés, cette année (comme tous les deux ans) elle porte sur l’ensemble de ingénieurs actifs diplômés entre 1970 et 2012

Cette enquête concerne tous les ingénieurs (civils, industriels, agronomes et bio-ingénieurs) et porte non seulement sur les revenus mais aussi sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises, tant publiques que privées, en matière de formation et à propos de la satisfaction des ingénieurs dans leur fonction au cours de l’exercice 2013.

Comme pour toute enquête, la valeur statistique des résultats dépend fortement du nombre de répondants.

Vous trouverez le questionnaire (qui cette fois est en trois parties) en vous référant aux liens suivants :

Partie 1 : http://survey.yoursatisfaction.net/runet/client/Reponse?i=146955785&s=5B37D288

Partie 2 : http://survey.yoursatisfaction.net/runet/client/Reponse?i=146955842&s=59F276E2

Partie 3 : http://survey.yoursatisfaction.net/runet/client/Reponse?i=146965328&s=8484D9B3

L’enquête préserve l’anonymat des répondants et les résultats sont traités par le bureau spécialisé Berenschot et sera clôturée fin septembre

 

Résultats de l’enquête salariale 2012

Les résultats de l’Enquête sur les revenus professionnels des ingénieurs civils, industriels,  agronomes et bio-ingénieurs, sur les avantages, les possibilités offertes par les entreprises en matière de formation et à propos de la satisfaction des ingénieurs dans leur fonction au cours de l’exercice 2011 (FABI-UFIIB) viennent d’être publiés par l’UFIIB : Retrouvez-les ici.

Pour rappel, cette année, seuls les diplômés des promotions 2011 à 2013 sont invités à participer à l’enquête de cette année.

Ingénieurs Belges – 2ème journal en ligne

Cette deuxième édition se compose de deux dossiers passionnants. Le premier article nous vient du Dr Ing. François CHUNG. Il traite de l’évolution de l’imagerie médicale au service de la médecine du futur.Cette collaboration étroite entre les physiciens et les médecins spécialisés permet non seulement d’avancer dans les sciences médicales – par exemple, l’étude de l’anatomie et de la physiologie -, mais également de progresser dans les applications cliniques, comme la détection de maladies et la planification de thérapie.

Dans un tout autre registre, la contribution d’Olivier Guerry (MSC-AIHy) s’intitule  « les transferts de fertilités, une solution à la baisse de fertilité des sols agricoles en régions tropicales ». Il suggère la faisabilité d’un projet de création d’une dalle de compostage dans la vallée du Niari, au sud de la République du Congo.

Il ressort, notamment, de son travail que l’apport de compost peut être considéré comme l’ébauche d’une solution dans l’amélioration des systèmes de cultures traditionnelles congolais, pour autant que l’on dispose d’une collecte suffisante de biomasse.

A lire, sans plus tarder.

Source : http://www.ingenieursbelges.be/2eme-Journal-Edito.php

Quentin Drèze, mis à l’honneur sur les site Ingénieurs et Métiers

Le parcours professionnel de Quentin Drèze, diplômé de la promotion 2001 a été mis à l’honneur sur le site Ingénieurs et Métiers créé par la plate-forme IngénieursBelges

Vous trouverez ci-dessous, une transcription du site. (Cliquez ici pour afficher l’article original)

Quentin Drèze

Assistant de recherche et responsable qualité chez Delphi Genetics

Ing. Quentin Drèze

Profession :

Il est assistant de recherche et responsable qualité chez Delphi Genetics (Biopôle de Charleroi), une entreprise active dans le secteur de la biotechnologie.

Diplôme obtenu :

Diplômé Ingénieur industriel en chimie, option biochimie – ISIL (Liège) – 2001
Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (DESS) en sciences de l’Ingénieur Institut
Gramme (Liège) – 2003

Parcours professionnel :

Sorti de l’école en 2001, Ing. Quentin Drèze a immédiatement rejoint le pôle d’excellence hennuyer Biovallée, considéré comme le chaînon manquant entre la recherche académique et l’entreprise en biologie moléculaire. Un pôle qui a fait peau neuve et qui, depuis 2007, s’est mué en un nouveau Centre de recherche en vaccinologie.
Il avait réalisé son stage de fin d’études dans un laboratoire de l’Institut de biologie et de médecine moléculaires (IBMM) qui réunit, sur l’Aéropole de Charleroi (Gosselies), quelque 250 chercheurs de haut niveau issus de laboratoires de la Faculté des sciences et de la Faculté de médecine de l’ULB. C’est là qu’il rencontrera le Dr en biologie, Philippe Gabant, l’un des trois fondateurs de Delphi Genetics, et qu’il apprit à maîtriser les techniques de biologie moléculaire.
Engagé par Biovallée, Quentin Drèze participa au lancement des services de clonage proposés par Delphi Genetics.

« Chacun travaillait de son côté, remplissant son propre cahier de labo, s’occupant de ses propres protocoles, se souvient Ing. Drèze. Le but de mon DESS, suivi à horaire décalé, a été de standardiser les méthodes, d’optimaliser la gestion des ressources et de créer un système d’enregistrement des résultats plus performant, c’était une condition sine qua non pour proposer un service performant aux industries du secteur. »

Les services ayant pris leur essor, il fut embauché en octobre 2005 par Delphi Genetics.

« L’essentiel du travail technique ayant été réalisé à Biovallée, aujourd’hui je m’occupe surtout de mettre en place un système de management de la qualité (gestion des achats, des équipements, des ressources humaines, mise en place d’un système d’audit interne, etc.) avec pour objectif d’être certifié ISO-9000 d’ici deux ans. »

Mais l’essentiel de son travail consiste d’abord en des activités de recherche autour du service de clonage moléculaire mis en place avec la technologie inventée par Dr Philippe Gabant et brevetée par l’ULB.
Des débouchés très importants :

« Les candidatures, qu’on appelle maintenant Bachelor avec la réforme de Bologne, sont très générales, polyvalentes, précise Quentin Drèze. Ce n’est qu’après ce cap qu’on se spécialise, ce qui nous permet de rebondir vers d’autres carrières, si on le souhaite. Le cursus que j’ai choisi offre des débouchés très importants : on peut bien entendu faire carrière dans la production ou la recherche et développement mais aussi dans l’enseignement, la vente ou la fonction publique comme certains de mes anciens condisciples »