Évaluation AEQES : Plan d’action de la HEPL

Suite au résultat regrettable de l’audit conjoint AEQES-CTI  (Voir le Connect’Ing 04/2016 ou http://wp.me/p3rzaT-fn), notre Haute École se devait de réfléchir à un plan d’action.

Ce plan d’action vient d’être publié et répond aux recommandations du rapport d’évaluation de la formation des ingénieurs industriels effectuée conjointement par l’AEQES et la CTI (voir Connect’Ing 02/2016 ou http://wp.me/p3rzaT-ew).

Il est consultable sur le site de la province :

http://www.provincedeliege.be/sites/default/files/media/4395/HEPL-Sciences_Ingenieur_industriel-Calendrier_et_plan_de_suivi.pdf

Bilan de l’évaluation par l’AEQES et la CTI du cursus sciences de l’ingénieur industriel

Comme évoqué dans nos articles précédents, en juin 2013, les hautes écoles belges concernées par le cursus Sciences de l’ingénieur industriel ont fait une demande officielle pour une mission conjointe AEQES/CTI, à l’instar du cursus Ingénieur civil et bio-ingénieur en 2013

L’objectif était double:

  • Evaluation des programmes selon les critères AEQES
  • Accréditation des programmes par la CTI pour obtenir « l’admission » par l’état français et le label EUR-ACE

Les rapports d’évaluation de chaque Haute École sont disponibles sur le site de l’AEQES : http://www.aeqes.be/rapports_list.cfm?documents_type=3

Par ailleurs, le comité des experts a élaboré un rapport d’analyse transversale qui fait le bilan de l’ensemble des évaluations.

Ce rapport est également disponible sur le site de l’AEQES :

http://www.aeqes.be/rapports_details.cfm?documents_id=551

Le comité des experts y relève quelques bonnes pratiques spécifiques à notre Haute École :

  • Tables de conversation en anglais. (p32)
  • Participation de certains enseignants à des projets de Recherche et Développement (programmes FIRST, entre autres) (p32)
  • Journées d’immersion pour les étudiants du secondaire (p33)

L’accréditation par la CTI, qui permet une reconnaissance internationale (label EUR-ACE) de la qualité des formations, a été débattue en plénière ce 13 septembre 2016.

Le rapport de cette séance est disponible sur le site de la CTI :

http://www.cti-commission.fr/Seance-pleniere-des-13-et-14-septembre-2016

Nous pouvons nous réjouir de l’accréditation des formations de Master en sciences de l’ingénieur industriel dispensées par 7 Haute Écoles.  Nous adressons nos félicitations aux forces vives de ces Hautes Écoles ayant participé au processus d’évaluation.

Nous regrettons cependant que notre établissement, la Haute École de la Province de Liège, n’a pas obtenu cette accréditation EUR-ACE.

Le contenu des programmes de formation n’est pas en cause.  La qualité des formations au niveau technique et scientifique et le haut taux d’employabilité des diplômés sont soulignés dans l’avis de la CTI.

Le refus de l’accréditation est motivé principalement par un problème de gouvernance et d’infrastructures.

L’avis est également disponible sur le site de la CTI :

http://www.cti-commission.fr/IMG/pdf/fwb_hepl_belgique_avis_20160904.pdf

Rappelons-nous que l’accréditation des formations d’ingénieur civil et bio-ingénieur en 2012-2013 n’avait pas été accordée pour 15 % des formations :

Source : http://www.aeqes.be/rapports_details.cfm?documents_id=327

Depuis 3 ans, les universités ont œuvré pour appliquer les recommandations émises par les experts de la CTI et toutes ont obtenus l’accréditation lors de la séance plénière du 14 septembre 2016.

Gageons que notre Haute École mènera les actions nécessaires et obtiendrons le même résultat.

En tant qu’association des diplômés, l’UILg est consciente de l’enjeu de cette accréditation et apportera tout son soutien à la Haute École de la Province de Liège.

Rapports d’évaluation par l’AEQES et la CTI du cursus Sciences de l’ingénieur industriel

En juin 2013, les hautes écoles concernées par le cursus Sciences de l’ingénieur industriel ont fait une demande officielle pour une mission conjointe AEQES/CTI, à l’instar du cursus Ingénieur civil et bio-ingénieur en 2013

L’objectif était double :

  • Évaluation des programmes selon les critères AEQES
  • Accréditation des programmes par la CTI pour obtenir « l’admission » par l’état français et le label EUR-ACE

Les rapports d’évaluation viennent d’être publiés sur le site de l’AEQES : http://aeqes.be/rapports_finaux_synthese.cfm?subjects_id=77

À la lecture de ces rapports, on peut relever certains constats communs à la plupart des formations :

Les points forts :

  • haut niveau technique et scientifique des apprentissages
  • bonne collaboration avec le monde industriel pour les stages et TFE
  • l’enseignement par projets, la participation à des concours
  • le partenariat avec des pôles technologiques et et centres de formation permettant d’avoir accès à un matériel de pointe
  • le haut niveau d’insertion professionnel des diplômés
  • la motivation et le dynamisme des enseignants
  • le taux d’encadrement qui permet une atmosphère familiale et un accompagnement adapté à chaque étudiant
  • le financement de la recherche par les projets First

Les points d’amélioration :

  • manque d’interaction systématique et formalisée avec le milieu industriel et les anciens pour réviser les programmes de cours
  • peu d’intégration de l’anglais dans les cours
  • mobilité internationale pas assez encouragé par les HE, sur initiative des étudiants uniquement.  Un politique volontariste d’envoi et d’accueil d’étudiants, aussi bien pour suivre des stages que des cours est recommandé
  • manque de moyens structurel
  • faible nombre d’étudiants
  • peu de visibilité des formations d’ingénieur noyées dans les Hautes Écoles
  • application du décret Marcourt embryonnaire (AA, UE, ECTS)

Nul doute que ces éléments figureront dans le rapport d’analyse transversal qui est en cours de réalisation (voir programme ci-dessous). Espérons que nos responsables politiques et académique répondront à l’appel et prendront les décisions nécessaires pour améliorer encore nos formations.

AEQES - Fleche

L’accréditation par la CTI,  qui permettra une reconnaissance internationale de la qualité de nos formations, sera débattue en plénière à l’automne prochain.